lundi 11 décembre 2017

Générer sa propre énergie et surtout comment la gérer.

Produire sa propre électricité est simple. Pour $1 000 on peut facilement s'équiper d'un systême solaire décent avec batterie pour accumuler nos besoins. Avec un peu plus, on peut vraiment avoir quelque chose de sérieux. Je ne m'embarquerai pas dans quoi est mieux ou moins bon. Voici juste notre set-up.



3 panneaux de 100 watts pour un total de 300 watts sur le toit. Un contrôleur MPPT de 30 ampères, un ondulateur de 1000 watts et deux batteries à décharge profonde.

La clé dans tout système autonome en énergie, c'est qu'il faut savoir la gérer. Fini l'énergie sans fin qui provient du mur en échange d'une facture à chaque mois sans y réfléchir. L'autonomie de son propre courant vient au prix d'une prise de conscience, il n'est pas infini et demande d'être utilisé avec discernement.

Le coeur de la bête
Exemple, si comme moi votre co-pilote exige la présence d'un four micro-onde dans votre van, il ne peut pas servir à tout moment. Ça prend du jus en maudit un micro-onde. Le seul et meilleur temps pour l'utiliser est sur l'heure du dîner alors que le soleil est au plus haut et que nos panneaux sont plus performant. Ceci donne une chance à nos batteries de se remettre de leurs cendres. D'ailleurs entre midi et 14 heures, on en profite pour charger toutes les batteries de nos appareils portatifs.

L'ondulateur bouffe de l'énergie même lorsqu'il n'alimente pas un appareil. Le nôtre est fermé lorsqu'il n'est pas utilisé. Je tente le plus possible de m'alimenter directement au 12 volt pour éviter de l'utiliser. Notre éclairage, ventilation et système de son fonctionne au 12 volts. L'éclairage bien entendu est au DEL avec quelques lumières d'appoint qui fonctionnent avec des AAA. Merci Dollorama.

Un dernier endroit énergivore, c'est notre frigo. On ne pourrait pas s'en passer mais c'est mon plus gros casse-tête en terme de consommation d'énergie. Un truc simple est de le garder plein toujours, même avec des contenants fermés vides.  L'espace occupé n'a pas a être refroidi chaque fois que vous ouvrez la porte. N'oubliez pas de remplir le congélateur aussi si vous en avez un.


Bonne route!

Gerry

lundi 4 décembre 2017

La Table à $15

Un manque chronique dans notre van était une table. Il y a 2 ans nous avons acheté une base, un poteau et le support de table usagés pour $15. Ayant du temps un bon samedi pour un projet d'une journée, on en a profité pour enfin fabriquer notre table.

La table en carton avec le support en place pour transposer sur le matériau final.

J'ai trouvé des planches vernies de tablette de notre maison qui traînaient en storage et le look quelque peu vieillot se fondait à merveille avec notre décor. Poétique aussi un peu puisque nous aurons un petit morceau de notre maison après notre départ avec nous en voyage.

Les plus belles sections des planches sont sélectionnées et marquées pour la coupe.

Coupe complétée à la scie sauteuse en prenant soin de protéger le fini.


Avant de faire un trou dans le plancher pour la base, le bout le plus stressant de la job, nous avons fait une version carton de notre table afin de la localiser parfaitement. Il s'agit de déterminer non seulement où elle sera le plus pratique dans la van, mais il faut aussi savoir si sous le plancher, percer ce trou n'est pas un problème, voir catastrophique.

Assemblage en utilisant une autre section de planche moins belles pour solidifier le tout.

On ne veut pas faire un trou dans la transmission, les lignes à essence, à frein ou dans des fils électriques. Un support de châssis coupé également, c'est pas trop sain. Donc après des centaines de tentatives et de mesures et d'autres mesures et d'autres mesures, la mèche de ma drill à rencontrer la tôle du plancher de notre van... À notre grand soulagement, nous avons évité tout ce que j'ai énuméré plus haut avec des pouces de jeux. C'est pas évident de trouver les points de repère sûrs et ensuite sous le plancher. Comme j'ai dit, des centaines de mesures et on coupe une fois.
Support de table installé selon les mesures sur la version carton.

Nous avons utilisé notre table en carton pour ensuite façonner celle en bois. J'ai utilisé de la colle et des vis à bois. Une quantité importante de ruban à masquer a été utilisée pour protéger le bois de ma scie sauteuse en plus de tenir les pièces ensemble.

Mission accomplie!
Quelques heures plus tard, la Madame est contente. Faut dire que le Monsieur aussi.

Bonne Route

Gerry  :)

jeudi 30 novembre 2017

Une promenade en van!

Elton un ami à moi vidéographe sur Youtube et amateur de vieilles voitures est passé par chez nous un soir pour documenter un tour avec Tiki Motel. Pour rendre la chose intéressante, j'ai enlevé la capote intérieur du moteur. On peut voir la route qui défile sous le camion.

Passez voir son canal sur Youtube pour voir d'autres vidéos cool sur les bagnoles vintages de Montréal.



Bonne route.

Gerry

samedi 25 novembre 2017

À la découverte de la Côte-Nord, le Peuple Innu

En préparation de notre deuxième saison de vanning, nous avions décidé d'aller jusqu'au bout de la 138 pour dire qu'on l'avait fait et prendre l'iconique photo de notre accomplissement. Nous avons eu bien plus. Dans cette série d'articles sur nos 2 voyages à la Côte-Nord, je vais commencer avec le dessert, la rencontre avec le Peuple Innu dont je ne connaissais aucunement l'existence avant notre départ.
La tente interactive au centre culturel d'Ekuanitshit.

Le Peuple Innu est établie depuis des millénaires sur la Côte-Nord. Ils occupent des villages le long de la Côte. Je déteste le terme "réserve", pour moi l'image de ce mot me rappele les réserves fauniques. La traduction littéral de "Innu" en Français est "humain".

Ekuanitshit cours de banik.

Notre première interaction avec les Innus fut à Pessamit lors d'un arrêt pour dîner sur le bord du fleuve. Une plage incroyable de toute beauté longée de maisons sur l'autre coté de la rue avec l'église et la station radio locale. L'interaction intime entre les habitants, la proximité des maisons dans ce coin de paradis qui ne doit pas en être un en février, nous a laissé perplexe. On est où? La question se posait car je me sentais comme si je venais de me stationner dans la cour de quelqu'un sans y être invité. La question se posait, "on peux tu se stationner ici pour manger?". "Certains!" qu'on nous réponds avec un grand sourire. Pour un Montréalais qui a été habitué à des regards méfiants et même parfois méprisants lorsque je me suis perdu à quelques occasions autour de Chateauguay, c'était plutôt rafraîchissant. Après avoir mangé nous avons pris le temps de profiter du paysage et parler avec les gens du coin pour répondre à mes questions stupides dans le genre "Ça l'air de quoi en hiver ici?". Une belle expérience dans un superbe coin de pays. Nous sommes retourné en 2017 pour une autre pit stop. Toujours aussi beau et accueillant.

Pessamit été 2015

Notre deuxième rencontre fut à Pointe-Parent. Arrivé à Natashquan tard en soirée, nous avions élu d'y rester avant de faire le dernier 41km jusqu'à notre destination finale à Kegaska. Le magasin général nous informe qu'il est interdit de stationner de nuit dans la ville et que nous devons utiliser le camping municipal. Ça pas l'air. Nous voyons sur Google maps Pointe-Parent à quelques kilomètres à l'Est et décidons de nous y installer. Coup de pot, un espace vide directement sur le bord du St-Laurent semble disponible.

Pointe-Parent été 2015
Nous savions que nous étions dans un village Innu et je me suis rendu à son magasin général pour m'informer si nous y étions les bienvenus. "Pas de problème." était la réponse qui fut suivi des achats que nous devions faire auparavant. Devant nous les chaloupes à moteur utilisées pour la pêche locale. J'admirai le courage fou des pêcheurs qui s'aventurent dans ces petites embarcations pour braver les vagues du Golfe à chaque jour. "Vous avez du courage d'embarquer la dedans pour aller à la pêche." "Tu viens de où?" "Montréal." "Connais pas ça Montréal." Le tout suivi d'un grand rire sincère. C'était mon introduction à l'humour Innu. L'autre élément qui m'a surpris est que Pointe-Parent a autant de chiens errants que Montréal a des chats. Je vous averti, si vous en nourissez un, il vous adopte dans sa meute instantanément. Ils sont très insistants avec leurs yeux cute et pour la plupart, ils ne sont pas méchants.

Notre compagnon d'un jour à Pointe-Parent été 2015

Notre troisième rencontre fut la plus surréel et la plus intime. Nous étions dans un camping à l'Est de Havre-St-Pierre et je vois à la télévision à l’accueil un reportage sur une barricade du chantier de La Romaine par les Innus et les Cayens (Les Acadiens de la Côte-Nord). Le propriétaire m'informe que ça se passe à 20 minutes d'ici! Je suis photographe et à l'époque je shootais pour 99Média. On saute dans la van et on part.

La reconnaissance de nos droits passe par le respect du Nitassinan (Notre territoire)

Arrivé sur place je stationne la van le long de la 138, passe la ligne des policiers de la SQ et je vais à la rencontre du Chef pour savoir si on veut bien m'avoir sur place. On m'acceuille à bras ouvert, on nous offre à manger et ce qui a suivi fut une de mes meilleures expériences de photojournalisme à vie. Ce fut une occasion incroyable de connaître les Innus et les habitants locaux dans un moment de solidarité intense. Sans aller dans les détails, la cause était noble et la démarche était pacifique mais déterminé. Le tout c'est réglé le soir même et fut suivi d'une autre aventure, mais celle là est pour une autre fois.



Le blocus est levé après une discussion avec le Premier Ministre.

Notre dernière rencontre avec les Innus en 2015 fut à Ekuanitshit (Mingan) au Centre Culturel ou il fut possible d'en apprendre plus sur l'histoire du peuple et même d'avoir un cours de cuisine. Céline voulait apprendre à faire de la banik, un pain sans levure. Délicieux. Encore une fois nous avons été capable de passer la nuit dans ce petit village. Nous y sommes retournés en 2017 et nous avons eu la chance de visiter les chutes de Mingan à l'intérieur des terres. J'y ai fait la rencontre du Garde Pêche. En arrivant on lui demande s'il est permis d'y passer la nuit. "Certainement, t'as pas peur des braconniers? Tu veux que je te passe une arme?" De l'humour Innu encore. Les mouches et moustiques ont fait leur apparition en quantité biblique au point où le Garde Pêche me dit "Il y trop de mouches icitte, je m'en va." On est parti nous aussi! Nous sommes retournés au village sur le bord de l'eau et en avons profité le lendemain pour manger une des meilleurs poutine au Québec, la meilleure à l'Est de Sainte-Geneviève. La place à l'air de rien mais la bouffe est excellente.

Ekuanitshit


Balade en famille

Les Chutes Mingan


Meilleure Poutine à l'Est de Sainte-Geneviève.
Pour notre voyage sur la Côte-Nord je m'attendais à voir de superbes paysages et être dépaysé. J'y ai trouvé bien plus. J'ai découvert une nouvelle culture et des gens formidables. Un autre monde à l'intérieur des frontières abstraites du mien. Les Innus sont chaleureux et accueillants mais n'oubliez jamais que vous y êtes en tant qu'invité et que le respect des lieux est de mise.

Bonne route.

Gerry

dimanche 22 octobre 2017

Peinturer notre van...à la kékanne!



Notre GMC porte fièrement sa peinture d'origine de 1980. Par chance, à l'exception d'un trou bouché avec de la tôle, la carrosserie est en parfaite condition. La peinture, malgré de nombreux efforts de frottage, est au-delà de sa vie utile. Il y a également le design kitch des années 80 pas rapport qui me gosse depuis son achat.

Avant de sabler, on protège la roue et les garnitures qui restent parce que ça va être salaud.

Les options qui s'offraient à nous se chiffre dans les $10 000 et plus advenant la chance de trouver un carrossier qui veut bien faire la job. Pour ce que rapporte une peinture à 10K dans le grand schéma des choses, pas un investissement raisonnable pour nous.

Le sablage à l'eau est moins salissant autour du véhicule et permet de voir les résultats sur la surface pas mal mieux. Sans compter le papier sablé qui ne se rempli pas de poussières.

L'autre option est de le faire moi-même. N’ayant pas de garage ou d'équipement de peinture automobile, les options sont limités. J'ai déjà peinturé deux voitures au rouleau et le résultat fut excellent. Par contre la seule couleur qui marche vraiment avec cette option, c'est le noir. Un peu chaud pour une maison roulante. Je me suis donc tourné vers les peintures en aérosols, les bonnes vieilles kékannes.

Sablage complété sur la surface d'origine et l'apprêt apposé sur le métal exposé. Masquage en prévision de la peinture. On masque jamais assez, comme ici. Beaucoup de nettoyage sur les chromes et vitres à venir.

Le secret principal d'une bonne peinture est de bien préparer la surface. Elle doit être propre, sans graisse, cire ou poussière. J'utilise de l'acétone sur la surface après l'avoir lavé au savon vaisselle et rincé.

Le masque enlevé, il faut attendre au moins une bonne semaine pour que la Tremclad (Orange Brulé pour ceux qui se le demande.) soit complètement sèche avant de peinturer la bande blanche.

Ensuite, je sable la surface au papier sablé avec de l'eau. Pour une surface saine sans rouille, je commence avec du 400 et je finis avec du 800. L'idée est de rendre la surface égal et un peu "rough" pour accueillir la nouvelle peinture. Je ne sable pas le panneau jusqu'au métal lorsque possible. La finition d'origine est la meilleure protection contre les éléments. Le métal exposé devra être recouvert d'une couche d'apprêt.

3 semaines plus tard, la bande du centre est sablé à l'eau après nettoyage. J'ai appliqué du tape de qualité pour faire la ligne en haut et en bas. Il faut vraiment un bon ruban adhésif de qualité fait pour ça si on veut une ligne parfaite sans coulis.

On rince ensuite le panneau et on l’essuie avec un linge propre. Si comme moi vous êtes pris à travailler dehors aux quatre vents, tous vos efforts pour avoir une surface sans poussière seront bien sûr en vain.

Le reste est masqué avec du papier et du ruban de n'importe quel qualité, pas trop cheap quand même. Cette photo est commandité par Publisac.  :)

Voici un truc pour faciliter l'épandage de la peinture en aérosol, mettre la canne debout dans un contenant rempli d'eau chaude du robinet jusqu'au tiers pendant 10 minutes avant son utilisation. La peinture sera plus liquide et la pression dans la canne sera plus élevée. Ceci aide beaucoup à obtenir un séchage plus uniforme.

La partie la moins longue de toute l'opération. Krylon Dover White.

Lorsque vous épandez la peinture, ne pas tenter de recouvrir la surface d'un coup avec une couche épaisse. Faite le graduellement avec plusieurs passage en laissant un peu de temps entre chaque passe pour que la peinture sèche un peu. Ceci évitera les coulisses. Certaines peintures sèchent plus vite que d'autres. La Tremclad émail prends au moins 24 heures avant d'être complètement sec au toucher comparativement à la Krylon qu'on peut toucher au bout de 30 minutes.

Tada! Mission accomplie, le prochain panneau sera la porte coulissante au printemps prochain.

Au final le but est d'avoir un véhicule qui est propre au premier regard, pas une job de peinture de compétition. Nous peinturons notre van un panneau à la fois et je vous jure que le dernier panneau sera parfait.  :)

Bonne route

Gerry

lundi 25 septembre 2017

El campo 2017, le Woodstock des vanners en photos.

Ok, des photos de vans plus que des gens. J'ai passé la fin de semaine à parler à un paquet de gens donc pas le temps vraiment de les photographier. Par contre, les vans elle étaient très immobiles! Bon visionnement.


















Bonne Route.

Gerry  :)

mardi 19 septembre 2017

Notre Van a une âme et non, elle ne s'appelle pas Christine.


De retour à la maison

Un objet inanimé n'a pas a priori une âme. Dire le contraire pourrait être considéré par certain comme de l'hérésie. Je vous propose de considérer le contraire.

J'ai toujours été de l'opinion qu'un objet n'avait pas d'âme tant et aussi longtemps qu'on ne lui en donne une. Le temps, l'amour et la passion mis dans un objet, peu importe ce qu'il est, pour moi, aide à rendre cet objet quelque peu vivant.

Dans le cas de Tiki Motel, nous avons eu droit à quelques signes depuis son acquisition. La surprise de devoir faire une inspection avant de la mettre sur la route nous a permis de déceler certains problèmes majeurs, un premier signe. Le fait qu'elle nous a ramené à bon port chaque fois malgré son âge pourrait sembler un fruit du hasard mais laissez-moi vous produire un exemple très particulier.

À notre deuxième saison, nous avons entrepris un très gros voyage jusqu'à la fin de la route 138 sur la Côte-Nord. Un endroit inconnu pour nous à ce point et aucun contact dans la région. Plus de 3 000 km avec une vieille van vers l'inconnu qui s'est déroulé sans problème. Deux semaines plus tard, son radiateur a souffert d'un bris terminal à 1 km de la maison. C'était son premier déplacement depuis le grand voyage.

Deuxième exemple. Cette année un autre voyage vers la Côte-Nord révèle un drôle de claquement à bas régime et de nouvelles fuites d'huile. J'ai gardé un œil sur les instruments pendant tout le voyage et au retour, direction garage pour voir ce qui se passe.

Opération à cœur ouvert.

Nous étions au bord de la catastrophe. À n'importe quel moment, la flywheel (Grosse roue dentée entre le moteur et la transmission) aurait pu explosé, détruisant une partie de la transmission et même nous dans un cas extrême. Elle était sérieusement craquée. De plus, je découvre que les gaskets du moteur de 36 ans doivent être refait au complet. Vu la complexité de l'ouvrage, nous optons pour refaire le moteur en entier pour le coût dérisoire de plus. Bonne stratégie, un piston ne fonctionnait pas bien.

Son moteur à sa plus simple expression.

Un mois plus tard, plein de joie, nous reprenons possession de Tiki Motel. Le moteur refait fonctionne à merveille. Par contre, pleins de petit bobos font surface. Le frigo qui refuse de fonctionner et des lumières qui ne s'allument plus entre autres. Je pète ma coche! Céline me dit de me calmer, que la van a passé un mauvais quart d'heure pendant tout ce temps et comme un patient qui a subit une opération à cœur ouvert, elle peut être traumatisée.

Par magie, quelques heures plus tard, tout s'est remis à fonctionner!

Je n'ai plus de doute. On va prendre le temps de l'écouter à présent.

Bonne route.

Gerry  :)